Chargement...
 

Dominion

Couverture du livre
Couverture du livre


Sortie par Studio AbsintheQuestion en 2019

Écrit par: “Khelren”

Illustrations de: Claudia Cangini, Gwenaël Houarno, “Khelren”, Maeva Wéry, Pixabay, Unsplash, Pexels
Mise en page de: “Khelren”

Relecture de: Benjamin Kouppi

LA PROMESSE DU JEU:

Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles est un jeu de rôle pour trois à cinq joueurs. Dans un décor de space opera, il met en scène de terribles machinations, des décisions lourdes de conséquences et de grandioses destins sur fond de voyages spatiaux, de planètes mystérieuses, de tentatives d’assassinats et d’étranges technologies interdites.

Les raisons de jouer à Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles:

  • Pour incarner des personnages influents et prêts à tout pour que leur Maison se taille la part du lion et se couvre de gloire éternelle ou bien chute dans cette tentative. Les intrigues propulseront les joueurs dans un jeu politique impitoyable sans pour autant exiger qu’ils soient eux-mêmes des génies machiavéliques.
  • Pour explorer un univers de science-fiction féodal, un mélange improbable de technologies avancées et de croyances anciennes, au sein d’un empire corrompu mais fier de ses nobles idéaux.
  • Pour vivre les drames et les tragédies qui vont meurtrir les protagonistes, découvrir ce qu’ils devront sacrifier pour atteindre leurs objectifs et frémir quand viendra le temps de trahir ou d’être trahi.

Une partie classique de Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles se focalise sur les drames et choix cornéliens des protagonistes, leurs efforts pour gagner en influence et le destin funeste ou glorieux de leur Maison.

L’UNIVERS:

Pour faciliter la prise en main de Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles, il faut en comprendre les codes qui sont ceux du genre de la science- fiction et plus particulièrement du space opera et du planet opera.

La dimension spatiale: 

Le contexte de jeu est celui d’un empire qui s’étend sur d’innombrables systèmes stellaires, permis par l’existence de voyages spatiaux plus ou moins instantanés. De gigantesques vaisseaux-baleines (imaginez des zeppelins dont le dirigeable a été remplacé par un immense cétacé capable de se déplacer dans le vide spatial) empruntent des trous de ver qui relient des points fixes de l’univers, formant des routes stables et connues. Ces deux éléments, vaisseaux-baleines et trous de ver, remontent aux débuts de l’empire mais dépassent de loin la compréhension de la science du Dominion. La Liga Mercatoria, une assemblée de princes-marchands armateurs de vaisseaux- baleines, les exploite sans les maîtriser complètement. L’empire est avancé technologiquement mais la société a régressé, ce qui crée un décalage étrange : lors d’une bataille, les combattants se tireront dessus au fusil laser mais se défieront également en duel à la rapière.

L’humanité ne cesse de repousser les limites de l’espace inconnu, de conquérir des systèmes et des planètes, et de découvrir de nouveaux trous de ver menant vers de nouvelles destinations et de nouvelles planètes à explorer. Les poches de liberté où le modèle féodal du Dominion est rejeté, prenant la forme de zones sous l’emprise de pirates ou de barbares, sont des zones bordières, toujours repoussées plus loin, tandis que les origines lointaines et perdues de l’humanité, dans le berceau de Terraprima, sont fantasmées et idéalisées. Certains prétendent d’ailleurs que la planète que l’on appelle Terraprima n’est pas la véritable Terre originelle.

Mais où que se porte le regard de l’humanité, cette dernière est seule : aucune espèce suffisamment évoluée pour avoir formé une civilisation interstellaire n’a été découverte. Il existe bien des ruines de civilisations disparues et d’étranges formes de vie, animales, végétales, minérales ou ne rentrant dans aucune case.

L’humanité ne cesse de repousser les limites de l’espace inconnu, de conquérir des systèmes et des planètes, et de découvrir de nouveaux trous de ver menant vers de nouvelles destinations et de nouvelles planètes à explorer. Les poches de liberté où le modèle féodal du Dominion est rejeté, prenant la forme de zones sous l’emprise de pirates ou de barbares, sont des zones bordières, toujours repoussées plus loin, tandis que les origines lointaines et perdues de l’humanité, dans le berceau de Terraprima, sont fantasmées et idéalisées. Certains prétendent d’ailleurs que la planète que l’on appelle Terraprima n’est pas la véritable Terre originelle.

Mais où que se porte le regard de l’humanité, cette dernière est seule : aucune espèce suffisamment évoluée pour avoir formé une civilisation interstellaire n’a été découverte. Il existe bien des ruines de civilisations disparues et d’étranges formes de vie, animales, végétales, minérales ou ne rentrant dans aucune case.

La dimension politique:

Le modèle politique emprunté par le Dominion est celui d’une société féodale. Malgré des querelles de succession, la Maison impériale domine de très nombreuses Maisons nobles qui ont juré de la servir et d’œuvrer pour le bien du Dominion en échange de sa protection. Le siège actuel du pouvoir impérial, situé sur Terranova, est considéré comme le centre de l’univers et de nombreuses, le cœur de toutes les intrigues. C’est là que se réunissent les émissaires provenant de tout le Dominion, que le Sénat légifère, que des mariages princiers sont conclus, et que les alliances se nouent et se dénouent.

Les sénateurs, censés être indépendants, appartiennent tous à une Maison, ce qui est source de tractations permanentes. Les lois sénatoriales obligent les Maisons et la Maison impériale veille à ce qu’elles aillent dans le sens qui lui convient.

Les Maisons sont dirigées par un Princeps, un titre souvent héréditaire, qui est entouré par une cour de nobles, les Patriciens, dotés de privilèges mais soumis à de plus grandes obligations que les Plébéiens qui composent la masse des sujets de la Maison. Enfin, tout en bas, on trouve des esclaves considérés comme des possessions et un symbole de richesse et de prestige.

Les joueurs, en étant placés à la tête d’une Maison, seront donc projetés dans les hautes sphères du pouvoir où leurs décisions auront des conséquences pour leurs millions de sujets. Ils devront gérer le devenir de leur Maison, décider de ses grandes orientations et de ses priorités.

Cette société féodale limite la liberté individuelle et repose beaucoup sur les relations personnelles. S’il est difficile de changer de caste, il est fréquent de voir se nouer des engagements entre individus, notamment par le biais de serments de fidélité, par exemple entre un Plébéien endetté moralement auprès du Princeps d’une autre Maison. Il est de coutume de servir toute sa vie durant une même Maison mais comme les Maisons accueillent à bras ouverts tout atout pour leurs ambitions démesurées, un individu peut se retrouver inféodé à plusieurs maîtres, ce qui ne manquera pas de le placer dans des situations inconfortables.

La dimension post-humaniste:

L’absence de formes de vie non-humaines permet de se concentrer sur les différences présentes parmi les êtres humains : grâce à de nombreux progrès scientifiques, les castes les plus privilégiées accèdent aux augmentations génétiques et aux biotechnologies, repoussant la mort et leurs capacités intellectuelles ou physiques.

Cette post-humanité s’est éloignée de l’apparence habituelle des êtres humains et a redéfini les notions traditionnelles du genre et du corps.

Sur ces deux aspects, il n’y a plus de réel questionnement éthique ; la société post-humaine n’est plus choquée par quoi que ce soit et les joueurs sont libres d’imaginer ce que bon leur chante.

À l’inverse, les castes les moins privilégiées peuvent être poussées à subir des modifications génétiques pour être davantage adaptées à une tâche spécialisée ou plus résistantes à des conditions hostiles.

La technologie est alors non pas une expression individuelle d’émancipation mais un outil de domination et de contrôle de la population.

Des formes de vie animales sont également augmentées, venant brouiller les distinctions entre êtres humains jugés inférieurs et non-humains : aux yeux d’un Patricien, un chien de garde doté d’une conscience réflexive n’a-t-il pas la même valeur qu’un garde du corps plébéien ?

La dimension tragique:

Les protagonistes de Dominion : Jeux de pouvoir et Maisons nobles sont des personnages qui auraient leur place dans des tragédies grecques comme l’Orestie, Antigone, Andromaque ou Œdipe roi, des tragédies élisabéthaines, notamment shakespeariennes, comme Roméo et Juliette ou Hamlet, des tragédies classiques comme Le Cid ou Phèdre, et des tragédies romantiques comme Lorenzaccio. Ce sont des héros déchirés entre leur devoir et leurs émotions, capables d’accomplir de grands desseins mais voués en fin de compte à connaître un destin tragique.

Certaines familles sont accablées de terribles malédictions et leurs membres savent qu’ils ne pourront jamais échapper à leur sort funeste. Les fantômes ancestraux apparaissent aux vivants lorsqu’un crime a été commis et qu’ils réclament justice, que leur nom a été bafoué, ou si un descendant n’accomplit pas les rites funéraires ou ne respecte pas le culte des ancêtres.

Pour toutes ces raisons, l’individu n’est pas au centre de la société du Dominion : il se sacrifiera, en premier lieu pour sa Maison, puis pour l’empire, et en dernier lieu pour le bien de l’humanité toute entière. Bien que le Dominion mette en avant des valeurs d’honneur et de noblesse d’âme, les trahisons sont fréquentes car les Maisons nobles, dont la rancune est tenace, se livrent des guerres sans fin et leurs agents sont prêts à tout pour faire avancer leurs plans.

LE SYSTÈME:

Il utilise le système commun à tous les jeux de la famille pbta (Powered By The Apocalypse).

Des manoeuvres déclenchées par la description des actions des joueurs, 2d6 à jeter auxquels on additionne les bonus/malus du personnage.

3 issues possibles aux actions des joueurs: 10+, la conséquence est positive; 7-9: la conséquence est mitigée; 6-: la conséquence est négative.

LA GAMME:

  • Le livre: Dominion: Jeux de pouvoir et Maisons nobles

LES SITES DEDIÉS:

EN SAVOIR PLUS:

 


Collaborateur(s) de cette page: X et Mystery Man From Outerspace .
Page dernièrement modifiée le Dimanche mai 24, 2020 14:52:09 CEST par X.